E-KU – Printemps de la Francophonie

Retour sur nos ateliers des samedi 15 mars, 25 mars et 1er avril, à l’occasion du printemps de la Francophonie, en partenariat avec Des Livres Comme des Idées.

En compagnie du photographe Frédéric Lecloux, nous avons travaillé sur 3 séances sur la confection de petits formats multimédia mêlant images, sons et texte. Ces vidéos de 17 secondes s’inspiraient d’une nouvelle de Russel Banks, « Un membre permanent de la famille ».

Présentation du travail de l’artiste

La première séance a été l’occasion pour Frédéric Lecloux de nous présenter son travail et sa vision de la photographie au travers d’images et des histoires qui y étaient associées. Il est possible de retrouver sur son site une bibliographie de livres consacrés à la photo ainsi qu’une sélection de sites autour des e-ku et autres petites œuvres multimédia.

Continuer la lecture de E-KU – Printemps de la Francophonie

La petite leçon élémentaire : la réalité virtuelle

Les précurseurs 

De 1956 à 1962 (le brevet est déposé en 1962) – le cinéaste philosophe et documentariste Morton Leonard Heiling développe son idée de “Cinéma du Futur” et invente le Sensorama !
Après avoir inséré un un jeton, le spectateur peut choisir parmi 5 expériences : une balade à moto dans les rues de Brooklyn, un parcours à bicyclette, du buggy dans les dunes d’un désert, un vol en hélicoptère ou l’échange de quelques pas avec une danseuse du ventre. Le Sensorama ne restituait pas seulement l’image, il simule la vibration du véhicule sur lequel on se trouve via à un siège vibrant, le vent qui souffle par de l’air envoyé sur le visage, les odeurs de la ville ou du désert grâce à la diffusion de parfums dans l’air… Cette invention ne dépassera cependant jamais le stade de prototype car la réalisation des films et la distribution des machines étaient trop couteux. Mais aussi lié aux limites du Sensorama qui ne permettait pas au spectateur d’agir sur la vidéo.

Continuer la lecture de La petite leçon élémentaire : la réalité virtuelle

DONNER DU SENS – BACK TO BASICS

Il est des anecdotes dont on ne se lasse jamais ; en pleine Seconde Guerre Mondiale fut proposé à Winston Churchill, premier ministre anglais, de couper le budget de la culture pour soutenir l’effort de guerre, il répondit « mais alors pourquoi nous battons nous ? ».
À ZINC, nous puisons notre force dans cette conviction. Nous travaillons inlassablement pour que ceux qui le souhaitent aient la possibilité de découvrir, comprendre et pratiquer. Les oeuvres et le travail de création sont le plus court chemin pour appréhender le monde et ses évolutions. Il est, alors tout naturel, pour nous de leur donner une place importante dans nos projets. Le regard des artistes sur notre condition d’humain, à travers le prisme de spectacles, d’installations, de films, de sites Internet… sont notre essence. Nous vivons dans un monde qui devient de plus en plus numérique chaque jour. Que chacun puisse s’approprier les usages est aussi un enjeu essentiel.

Continuer la lecture de DONNER DU SENS – BACK TO BASICS

Les idées n’appartiennent à personne (surtout quand elles sont aussi médiocres)

Avec ce titre accrocheur, et légèrement malhonnête aussi il faut bien dire, regardons à quel point, en l’espace de deux décennies la pensée « make the world a better place » nous a imprégnée. Comment derrière chaque idée un peu nulle, se fantasme un compte en banque garni de milliards. Le milieu des nouvelles technologies, à forte dominante masculine, a grandi biberonné à l’imagerie du super héros, et, je caricature à peine, avec une certaine idée de la toute puissance.
Fût souvent ici gaussé le principe de faire du neuf avec du vieux, à moins que cela ne soit l’inverse. Cette propension puérile à s’imaginer qu’on est le premier ou le seul à avoir eu « la bonne idée » et qui fait que les start-up poussent comme des champignons. Et si on s’intéresse un peu au sujet il y a de quoi bien se marrer en découvrant applications, réseaux sociaux, ou projets numériques plus inutiles les uns que les autres. Et ce n’est pas l’état ou les institutions qui contredisent ce curieux mouvement. Ainsi chaque initiative de regrouper 2 start-up a forcément l’ambition de faire une « silicon valley à la Française ». Tout un tas de dispositifs ont vocation à repérer les talents numériques afin de ne pas passer à côté du futur Google ou Facebook. Un élan optimiste ou naïf mais qui a pour effet d’encourager la pensée (magique) à l’œuvre : avoir une bonne idée pour gagner plein de pognon avec.

Continuer la lecture de Les idées n’appartiennent à personne (surtout quand elles sont aussi médiocres)

PETITE LEÇON ÉLÉMENTAIRE : L’ART DANS L’ESPACE PUBLIC

Du dimanche 29 janvier au dimanche 12 février nous vous avions conviés au troisième acte de Chroniques : Révélations – le long de la Canebière !

Révélations, c’était une invitation à déplacer le regard, le temps d’un instant, sur le centre-ville, ses bâtiments et ses activités. Chroniques a donc investi le centre ville de Marseille : l’espace public mais aussi des lieux tels que la bibliothèque Alcazar et le musée d’Histoire ou encore l’Eglise Saint Ferréol. Révélations a été inauguré durant le premier Dimanche de la Canebière pour lequel les marseillais sont venus nombreux – un nombre rassurant qui démontre que les citoyens se déplacent et sont curieux si propositions culturelles il y a. Le parcours Révélations, c’était des œuvres naissant d’un médium qui ressort du numérique mais qui donnaient à voir autant de pratiques, que de propos différents qu’il y avaient d’artistes. Avec en commun une approche sensible d’un environnement, d’une histoire… qui donnait à voir, tout en ayant un dispositif technologique solide, une certaine fragilité qui amenait enfin à prendre le temps – un temps suspendu précieux.

On pouvait également s’arrêter devant des écrans placés en vitrine de plusieurs lieux symboliques de la ville afin de les découvrir autrement au travers d’images d’archives mises en dialogues avec des vidéos de créations contemporaines qui racontent la ville sensible qu’est celle du XXème siècle.

Continuer la lecture de PETITE LEÇON ÉLÉMENTAIRE : L’ART DANS L’ESPACE PUBLIC

Révélations

Alors que les images et les informations sont partout autour de nous, que nous reste-t-il à découvrir ? Qu’avons nous à révéler ? Et surtout quel imaginaire avons nous envie de développer ?

Ce sont des questions auxquelles nous proposons un début de réponse à partir du 29 janvier avec Chroniques Acte 3. Quelques réponses et une invitation au voyage. Un voyage dans le temps, hier, aujourd’hui, demain. Continuer la lecture de Révélations

MOM’ FRICHE à FOLIES FORAINES

Quelques jours avant Noël, vous étiez invité à la Friche pour les Folies foraines ! Avec au programme ... Le marché de noël, des attractions et manèges avec une grande roue, un toboggan, des carrioles foraines et de baraques à jeux artisanales.

Et notamment ... La restitution de tous les ateliers proposés par les artistes et intervenants de MOM’FRICHE !

C’était Samedi 17 et Dimanche 18 décembre !

Continuer la lecture de MOM’ FRICHE à FOLIES FORAINES

Disparition progressive de l’espace critique

Vous n’êtes pas sans savoir que Noël est en décembre. C’est implacable. Et ce qui va être implacable c’est qu’on va être envahit de pubs sur les casques immersifs ou casques de réalité virtuelle. Cette phase de consommation frénétique passée, nous aurons probablement basculés de l’autre côté de l’écran, nous serons dedans. Ce qui va générer un sacré changement dans le rapport à l’image, au son, au texte, aux média…

Nous avons eu le glissement de la notion d’information vers l’infotainment. Nous assisterons bientôt à une substitution du champ artistique et culturel par celui des industries créatives. Normal quand on sait que «  y a plus d’argent public » revient à dire « faut trouver du pognon ailleurs » et ailleurs pour le domaine de la création en France, c’est, entre autre, les industries créatives. Premier effet, banal à priori, mais pervers à l’arrivée, ce que nous voyons dans ces casques immersifs ne sont pas des « œuvres » mais des « contenus ». Pas très poétique, ni très sensible mais sans doute inéluctable.

Continuer la lecture de Disparition progressive de l’espace critique