Projet - Project

français
italiano

Mémoire et Futurisme
entre Marseille, Alexandrie et Le Caire

Mémoire et Futurisme qui nous réunit dans différents lieux d’Alexandrie, puis du Caire, qui nous permet de rencontrer des publics curieux, est née d’une certaine philosophie de l’échange et de la rencontre, d’un amour fidèle à la ville d’Alexandrie et d’un vrai désir de faire découvrir les formes contemporaines de l’art multimédia. Depuis 2001, avec des projets comme le Voyageur Alexandrie-Marseille[1], puis les plates-formes ANIMANET[2] et RAMI[3], artistes, responsables culturels, enseignants, chercheurs, médiathécaires, échangent et créent ensemble des projets et des initiatives.

L’art vidéo a été inventé par Nam June Paik et Volf Wostell, au début des années 60, membres du Mouvement artistique d’Avant-Garde, Fluxus, prolongement d’un autre mouvement artistique essentiel de l’Histoire de l’Art, le Dadaïsme. Ces deux mouvements n’auraient certainement jamais vu le jour s’ils n’avaient pas été précédés par le Mouvement Futuriste lancé en 1909 par Marinetti, tant ses grands principes ont profondément marqué tous les arts d’avant-garde du XXe siècle. Les Futuristes renonçaient à la séparation de l’art et de la vie (d’où l’invention de la performance), prônaient le dépassement de tous les classicismes, la révolution formelle permanente. Ils voulaient être en phase avec la révolution technologique d’alors qui transforma radicalement les modes de vie et d’appréhension de l’environnement.

Mémoire et Futurisme propose l’exploration des racines de l’art vidéo à l’intérieur des manifestes futuristes et l’installation au CFCC de Disposition, création numérique traitant des supports de mémoire à travers Istanbul, Alexandrie et Marseille. Alexandrie, ville de mémoire est aussi la ville d’enfance et de jeunesse de Marinetti, né le 22 décembre 1876 à Alexandrie et d’autres artistes majeurs du début du 20 siècle. En parallèle des projections, des rencontres sur les liens « Cinéma, art vidéo et futurisme » et deux ateliers ouverts à des jeunes artistes et à des réalisateurs.  L’atelier « A la recherche de Marinetti » est proposé par Marc Mercier, artiste directeur des Instants Vidéo[4], avec Giovanni Lista, historien du futurisme. L’autre, centré sur l’édition multimédia interactive, est dirigé par Renaud Vercey et Bruno Voillot, auteurs de Disposition, avec Mohamed Youssef, artiste plasticien et multimédia.

Claudine Dussollier, Ahmed Essamra,
Hadel Nazmi,  Islam Kamel et Mohamed Salah.


[1] Le Voyageur Alexandrie-Marseille, projet poétique et multimédia mené par Nabil Boutros, Jean-François Rivière, Alaa Khaled, Salwa Rashad et Claudine Dussollier en 2001-2002

[2] ANIMANET, site ressources et réseau de travail en action fondé à Alexandrie en février 2003

[3] RAMI, plate-forme arts et multimédia internationale mise en place entre Marseille, Beyrouth et Alexandrie en 2006 par SHAMS, ZINC, l’Atelier d’Alexandrie et le Studio Azzurro.

[4] Les Instants vidéo poétiques et électroniques est un festival qui depuis 23 ans donne à découvrir l’art vidéo à travers le monde et de nombreuses complicités qui savent se jouer des frontières de l’art et de la géographie.

Memoria e Futurismo
Tra Marsiglia, Alessandria ed il Cairo

Memoria e Futurismo che ci riunisce in luoghi diversi d’Alessandria, oltre che del Cairo, che ci permette di incontrare un pubblico curioso, e’ nato da una certa filosofia di scambi e di incontri, dalla fedelta’ verso la citta’ di Alessandria e da un profondo desiderio di far conoscere le forme contemporanee dell’arte multimediale. Dal 2001, con progetti quali il Viaggiatore Alessandria-Marsiglia, poi le piattaforme ANIMANET e RAMI, artisti, addetti culturali, insegnanti, ricercatori, esperti di media, hanno creduto a questi progetti e a queste iniziative.

La video arte e’ stata inventata da Nam June Paik e Volf Wostell, all’inizio degli anni 60, da membri del Movimento artistico d’avanguardia Fluxus, promanazione di un altro movimento artistico fondamentale nella storia dell’arte: il Dadaismo. Questi due movimenti certamente non avrebbero avuto luce se non fossero stati preceduti dal Movimento futurista lanciato nel 1909 da Marinetti, tanto che i suoi principi hanno profondamente lasciato il segno in tutti i piu’ grandi movimenti d’avanguardia del XIX secolo. I Futuristi rinunciarono alla separazione tra l’arte e la vita (a loro l’invenzione della performance), propugnando la fine di tutti i classicismi, la rivoluzione formale permanente. Essi volevano essere in linea con la rivoluzione tecnologica d’allora che trasformava radicalmente i modi di vita e di relazione con l’ambiente.

Memoria e Futurismo propone lo studio delle basi della video arte all’interno dei manifesti futuristi e l’installazione Disposition, creazione numerica che fa riferimento ai  supporti della memoria passando da Istanbul, Alessandria e Marsiglia. Alessandria, citta’ dellla memoria e’ anche citta’ dell’infanzia e della giovinezza di Marinetti, nato il 22 dicembre 1876 ad Alessandria e  di altri importanti artisti degli inizi del 20° secolo. Parallelamente proiezioni, incontri sul tema « Cinema, video arte e futurismo » e due ateliers aperti a giovani artisti e realizzatori. L’atelier « Alla ricerca di Marinetti » e’ proposto da Marc Mercier, artista direttore di Instants Video con Giovanni Lista, storico del Futurismo. L’altro, centrato sull’edizione multimediale interattiva diretto da Renaud Vercey e Bruno Voillot, autori di Disposition, con Mohamed Youssef, artista plastico e multimediale.

Claudine Dussollier, Ahmed Essamra,
Hadel Nazmi, Islam Kamel, Mohamed Salah.